Une escapade dans les Langhe

  • paysage des langhe
  • pied de vignes
  • roddi
  • roddi le chemin des truffes
  • Château de Grinzane Cavour
  • vue des vignes depuis le Château de Grinzane Cavour
  • vue des vignes depuis le Château de Grinzane Cavour
  • Locanda Del Centro à Castiglione Falletto
  • Locanda Del Centro à Castiglione Falletto
  • vue depuis Castiglione Falletto
  • La Morra
  • vue des vignes depuis La Morra
  • rue de Serralunga d'alba
  • château de Serralunga d'Alba
  • vue des vignes depuis le château de Serralunga
  • raisins
  • les noisetiers
  • Feuilles de Chêne
  • vue des vignes depuis Monforte d'Alba
  • Eglise à Monforte d'Alba
  • une ruelle à Monforte d'Alba
  • vue depuis Barolo
  • Château Falleti à Barolo
  • magasin Eataly à Monticello d'Alba
  • magasin Eataly à Monticello d'Alba
  • magasin de truffes à Alba
  • une patisserie à Alba
  • magasin vêtement à Alba
  • cour hôtel somaschi
  • piscine hôtel somaschi à Cherasco
  • osteria umberto
  • veau au thon osteria Umberto Cherasco
  • Vineria Sartine à Cherasco

Les Langhe est une région du Piémont située à trois heures à peine de route de Chambéry et à une heure de Turin.

Une région si proche et pourtant tellement dépaysante, d’abord parce que nous sommes en Italie, ensuite par ses paysages et sa culture et enfin par sa gastronomie.

Classés au patrimoine de l’UNESCO, il faut le voir pour comprendre que ces paysages méritent largement ce classement. Des collines plantés de vignes à perte de vue, des champs de noisetiers, des villages couleur pain brûlé, des châteaux qui pointent sur des promontoires et des églises au moins une par village et une par quartier dans les gros bourgs.

Si l’Italie est le Pays de la bonne cuisine et des saveurs authentiques. Côté gastronomie, attention, il y a du niveau voire du très haut niveau :

  •  Alba est bien sûr la truffe blanche ;
  • Les noisettes de l’AOC  « Tonda Gentile delle Langhe » ronde et douce des Langhe, au goût incomparable et qui servent de base à la fabrication du délicieux gianduia.

N’oublions pas que c’est à Alba qu’est née la marque Ferrero et sa célèbre pâte à tartiner ;

  • La viande de veau de race piémontaise ou fassone, souvent dégustée crue 
  • les fromages : formage de Bra, raschera, robiola, castelmagno et tomme piémontaise, tous d’origine protégée, qui fleurent bon les alpages de la province de Cuneo.
  • l’escargot de Cherasco;
  • Et le vin, les Langhe c’est la terre du Barolo  et du barbaresco

Ces nectars sont issus du cépage le Niebolo. Il se vendange tard et la brume est alors souvent au rendez-vous le matin. Brume, en italien, se dit niebe. C’est bien la niebe qui a donné le mot Niebolo. Et, à l’automne, le Niebolo vire au jaune, pas à l’orange, pas au rouge, au jaune seulement.

On comprend mieux pourquoi c’est ici à Bra, au sein de ce terroir exceptionnel, qu’est né le mouvement Slow Food un mouvement protestataire contre la« malbouffe ». Au début des années 1980, un groupe de gourmets piémontais, menés par Carlo Petrini, porte un nouveau regard sur l’alimentation, l’agriculture et la gastronomie.

https://slowfood.fr/mouvement-slow-food-carlo-petrini-idees-valeurs-alimentation-biodiversite/

Nous n’avons pas visité tous les villages, il fallait faire des choix :

Roddi

Une mignonne petite bourgade avec bien sûr un château. Une très jolie place autour de la Mairie et du château. Un parcours où vous apprendrez l’histoire de la truffe et des arbres environnant. Vous pourrez vous balader tranquillement pas de voitures, juste des piétons.

Grinzane Cavour

Grinzane Cavour, est déjà plus connu avec son majestueux château. Grinzane Cavour surplombe la ville et les magnifiques collines des Langhe.

Camillo Benso, Comte de Cavour, a été le dernier propriétaire du château. Cet homme politique est un monument à lui seul, il a entre autre posé les bases du développement agricole de la région. Il a également été un acteur de l’unité italienne et donc de la cession de la Savoie à la France.

Le château est également intéressant si vous souhaitez repartir avec des bouteilles de la région à un prix compétitif.

http://www.castellogrinzane.com/it/homepage

Castiglione Falletto

Un petit bourg charmant où nous avons fait une pause déjeuner très agréable à la Locanda Del Centro, un endroit agréable au centre du village avec une cuisine originale et délicieuse. Le chef a participé à «MasterChef Italia»

https://www.locandadelcentro.it/

La Morra

Nichée dans les hauteurs…C’est le belvédère des Langhe, une petite ville agréable avec de jolies ruelles. Cette bourgade est un des endroits les plus célèbres dans les Langhe. Le point culminant des grands vignobles des Langhe, depuis le belvédère vous pourrez admirez à perte de vue les collines.

Serralunga d’Alba

Il faut monter jusqu’au château, ainsi vous marcherez dans des ruelles colorées et plus vous grimperez et plus le panorama sera spectaculaire. Le château de Serralunga d’Alba est un château fort datant de 1350, il n’est pas très grand mais fort d’histoires.  Il n’est ouvert que le week-end.

https://www.castellodiserralunga.it/it/

Monforte d’Alba

Sur la route de Barolo, des vieilles maisons se dressent au pied d’une colline escarpée. Comme dans beaucoup de villages, une belle vue sur les vignobles.

Barolo

Barolo est un passage incontournable dans les Langhe. Le Château Falletti est un régal visuel par son architecture, il a été reconverti en musée ethnographique et œnologique : le WiMu. J’ai trouvé ce musée un peu fade et j’ai préféré le restaurant accolé au château où nous avons fait une pause déjeûner agréable en dégustant un verre de Barolo.

https://www.wimubarolo.it/

Il y avait un peu de monde ce jour-là à Barolo, nous avons tenté une dégustation dans une cave mais l’attente a eu raison de notre patience.

Quoi qu’il en soit, c’est un village agréable pour se promener même s’il ne restera pas mon préféré.

Monticello d’Alba

Nous avons fait un arrêt à Monticello d’Alba pour nous rendre dans le magasin Eataly. C’est à Milan que j’avais découvert cette chaîne de magasin. L’idée d’Eataly est très simple : rassembler tous les aliments italiens de grande qualité sous un même toit, vous pouvez manger et acheter. Des produits de qualité avec des prix plus élevé que dans un supermarché classique mais les prix italiens non rien à voir avec les prix pratiqués dans le magasin Eataly de Paris.

Même si ce magasin est petit par rapport à celui de Milan ou Paris, il est très agréable, un seul restaurant mais des plats au top et des prix plutôt doux pour la région.

https://www.eataly.net/it_it/negozi/monticello/

Alba

Connue comme la ville aux cent tours médiévales, Alba est une ville agréable avec de nombreuses petites boutiques où vous pourrez vous arrêter pour acheter des produits régionaux, dont l’incontournable truffe. Les prix, ne sont pas à la portée de toutes les bourses mais il est possible de se satisfaire à moindre frais en achetant pour quelques euros des sachets de polenta ou de risotto parfumé avec de petits copeaux de truffe.

Vous pourrez également vous profitez des belles boutiques de vêtements comme partout en Italie.

A mon grand regret, je n’ai pas bien profité de cette ville. Il faisait très chaud, nous avions beaucoup marché et je n’avais qu’une envie…la piscine de l’hôtel.

Cherasco

Cherasco est l’un des centres les plus anciens des Langhe. Le long des ruelles du centre s’alignent de charmants édifices de style baroques et néoclassique.

C’est dans cette ville que nous avons posé nos valises. Nous n’avons pas trop visité les lieux tourisques mais la ville est agréable pour se balader en fin de journée.

Nos adresses :

  • L’hôtel Somaschi, il s’agit d’un ancien monastère qui a été restauré pour devenir un très bel hôtel.
  • Osteria Umberto, sous les arcades une cuisine typique de la région des Langhe dont le veau sauce au thon ou les escargots de cherasco. Tout est bon de l’entrée au dessert.
  • Osteria La Torre, un restaurant qui nous a été recommandé et qui propose une cuisine locale à base de matières premières authentiques. Nous avons bien mangé dans tous les établissements mais celui-ci était vraiment le top du top.
  • Vineria Sartine : pour l’apéritif à l’italienne, un bar à vin avec un beau choix des vins de la région.

le 28/08/2020

Randonnées dans le massif de l’Estérel

Situé à mi-chemin entre Cannes et Saint Tropez, le massif de l’Estérel est un des plus beaux panoramas de la Côte d’Azur. Le contraste entre le bleu de la Méditerranée, le rouge des roches, le vert de la végétation et les formes accidentées donnent un décor naturel incroyable. Il y serpente une route romantique à souhait la Corniche d’Or. Une route d’une vingtaine de kilomètres qui relie Saint-Raphael à Mandelieu tout en surplombant de nombreuses criques bleu turquoises.

Ce territoire sauvage, pour trois quarts interdit à la circulation, est un paradis pour randonneurs et cyclistes.

Sur ce relief accidenté le maquis domine avec une végétation odorante, et colorée : du romarin, du thym, des immortelles et de la lavande sauvage. La diversité de la flore et la rareté de certaines espèces méditerranéennes sont ici extraordinaires. L’Esterel est le seul lieu connu en France où prospère l’ail de Sicile. Le massif de l’Estérel est aussi l’une des réserves naturelles les plus importantes de laurier rose sauvage. Mais vous pourrez aussi tomber sur des orchidées, une douzaine de variétés d’orchidées sauvages est répertoriée dont trois particulièrement rares et protégées (Serapias parviflora, Neglecta et Cordigera). Des forêts où se côtoient des chênes lièges, des chênes verts, pins maritimes, des oliviers sauvages et des eucalyptus.

Entre avril et juin, vous pouvez, en période floraison, découvrir les espèces du Massif de l’Estérel grâce à un parcours découverte de 2600 mètres. Situé sur le Balcon du Cap Roux, entre le plateau d’Anthéor et le Rocher de Saint-Barthélémy ce parcours permet une découverte ludique des espèces.

Le Cap Dramont

Le Cap Dramont est un endroit fabuleux pour se lancer à la découverte de l’Estérel en douceur. La randonnée du Cap Dramont est facile, et riche en points de vue extraordinaires dont une arche dont la forme est celle d’un oiseau.

La randonnée du Pic du Cap Roux 

Beaucoup disent qu’il s’agit du plus beau point de vue de l’Estérel, celui où le regard porte le plus loin, et où toute la Côte d’Azur semble se dérouler tous vos yeux. Le tour complet est souvent appelé “Balcons du Cap Roux” sur les sites de rando.

Tour du Pic de l’Ours

Une vue imprenable sur la baie de Cannes, les îles de Lérins, la baie de Fréjus et le massif des Maures.

Le lac de l’Ecureil

Le barrage qui donnait au lac de l’Écureuil toute sa dimension a beau avoir disparu, la balade de l’Écureuil reste de toute beauté. La zone reste un endroit prisé des vététistes de l’Estérel.

L’Etang d’Aubert

Randonnée facile au coeur du Massif, entre roches rouges et pinède. Un itinéraire en partie ombragé. Un étang alimenté par les eaux du Baladou ou vous pourrez admirez des nénuphars qui fleurissent en juin, un vrai tableau impressionniste.

Le Mont Vinaigre

Le Mont Vinaigre est le point culminant du massif de l’Esterel à 641 m d’altitude.

https://circuits.esterel-cotedazur.com/balades-randonnees/

Mes commentaires

Même si certaines randonnées grimpent un peu, il n’y a pas de difficultés majeures. Attention toutefois les chemins sont souvent pierreux donc de bonnes chaussures s’avèrent bien utiles. Prévoyez une carte car les indications laissent souvent à désirer et le GPS ne fonctionnement pas toujours.

A Faire

Un tour sur le port de Saint Raphaël et sur le marché et surtout prendre la route de la corniche.

Le 9 juin 2019

Venise en Hiver

De nombreuses villes de France et d’ailleurs portent le surnom de « petite Venise ». Sillonnées de canaux, ces villes aux quatre coins du monde ont en commun d’être construite sur l’eau et d’offrir un charme romantique mais la Sérénissime est vraiment la référence absolue.

J’avais beau savoir que la ville est construite sur une multitude d’îlots, avec des canaux, une lagune je ne me rendais pas compte de ce que ça impliquait jusqu’à ce que je le vois par moi-même et là waouh… zéro voiture, zéro vélo, des petits ponts partout pour franchir les canaux, le clapotis de l’eau, des ruelles pour la déambulation, des églises et des palais à chaque coin de rue.

Venise c’est un grand musée, à chacun d’organiser ses visites selon ses goûts et ses envies. Il existe de multiples sites qui regorgent d’idées et de conseils.

La place Saint-Marc

Pas spécialement motivés par la place Saint-Marc, sa foule et ses pigeons, on se dit que ça serait quand même dommage de ne pas aller y jeter un coup d’œil. Un immense trapèze qui concentre tous les plus beaux monuments de Venise. L’oriental basilique Saint Marc avec ses dômes en bulbes, le palais des Doges en marbre rose et blanc, le Campanile, la tour de l’horloge, le fameux Caffè Florian et le pont des Soupirs devant lequel une foule de touristes se prend en photos.

La Fondation Dei Tedeschi

Situé sur le grand canal, tout à côté du pont de Rialto, la fondation dei Tedeschi, (en français, l’entrepôt des allemandsa été transformé en centre commercial. La terrasse panoramique offre un vue superbe sur le Grand Canal, le pont du Rialto et  domine tout Venise. L’accès à cette terrasse est gratuit, voilà une astuce pour voir Venise d’en haut.

L’Arsenal

Le quartier du Castello abrite l’Arsenal de Venise. Difficile de savoir ce qu’il en est aux beaux jours mais là, un dimanche de décembre, nous sommes presque seuls au monde ! Et pourtant on se trouve à 15 minutes de la place Saint Marc. Les maisons semblent moins bien entretenues qu’ailleurs mais nous découvrons des allées qui ressemblent aux allées de Chambéry avec en plus le linge accroché aux fenêtres.

La Serra dei Giardini, une serre du XIXe siècle construite en verre et en acier, est vraiment superbe. Vous pourrez y siroter un café, un spritz ou manger sur le pouce à des prix raisonnables pour Venise.

Le Cannagerio

Situé à côté de la Gare, avec un embarcadère où se croisent les principales lignes de vaporetto. Il s’agit de l’ancien quartier juif qui est devenu un quartier à la monde. A proximité du quartier touristique de San Marco c’est un endroit de choix pour ceux et celles qui souhaitent visiter les principaux sites touristiques de la ville tout en jouissant d’une relative tranquillité.

C’est aussi le quartier fétiche de mon Commissaire préféré… Brunetti.

Hôtel Abbazia est un ancien monastère. L’hôtel  se trouve à 100 mètres de la gare Santa Lucia. Des chambres dans un style vénitien à souhait, un beau jardin-cour où l’on peut prendre le prendre le petit déjeuner à la belle saison, un personnel attentif et disponible. A disposition toute la journée : café, boissons chaudes et confiseries gratuites. http://www.abbaziahotel.com/fr/

Les musées

Si vous êtes accros aux musées vous trouverez votre bonheur dans cette ville des palais, des musées et des fondations. Vous pourrez voir des oeuvres de l’antiquité en passant par la renaissance jusqu’à l’art contemporain et moderne.

Vous aurez intérêt à prendre le « Museum Pass » sachant qu’il ne comprend pas tous les musées mais vous bénéficierez du « coupe fil » à l’entrée des musées. https://www.e-venise.com/musees-venise.htm

Murano, Burano, Torcello

Pour se rendre sur les îles, le vaporetto de la compagnie public ACTV est le moyen le plus simple et le plus économique. J’avais bien étudié le sujet pour prendre la bonne ligne mais entre ce que j’avais lu, les conseils sur place et le vaporetto que nous avons réellement pris ce fût trois lignes différentes … mais nous sommes arrivés à bon port.

En fait,  les bateaux-bus font bien le travail et il y a de nombreuses lignes. Il suffit juste de se procurer le plan des lignes de Navigation, après un temps d’adaptation c’est aussi simple que le métro.

Murano

Tout le monde connaît les fameux verriers et comme on nous le répète souvent beaucoup de touristes, beaucoup de magasins qui vendent des bibelots qui ne sont pas fabriqués sur place. Par contre, à côté de tous ces magasins de pacotilles il ya des galeries où l’on trouve des merveilles avec les prix qui vont avec.

La belle Burano

Le charme de Burano tient beaucoup aux couleurs de ses maisons, qui composent un patchwork absolument unique. Ça donne une île sortie tout droit d’un décor de cinéma : des maisons de toutes les couleurs aux façades parfaitement entretenues du linge qui sèche dehors, des stores rayés… J’avais vu des tas de photos sur internet et, malgré ça, je ne m’attendais pas à ce que ça soit si beau !

L’île est toute petite, à pied, on en a très rapidement fait le tour. Il faut s’éloigner de la rue principale, la via Galuppi, très commerçante, tendance attrape-touriste et se balader dans les petites rues.

Burano est célèbre également pour sa dentelle et dans une petite rue j’ai découvert un artisan amoureux de son travail qui a pris le temps de m’expliquer la fabrication de la dentelle. Il travaille en famille avec sa maman et sa grand’mère. Je donne juste son adresse car il n’a pas de site internet : Campanil Lab Di ZaneFrancesco / Via SanMartino 56 / 30142 Burano Vénétie

Torcello

Ni à Murano, ni à Burano nous avions l’impression d’être hors saison car s’il n’y avait pas la foule de l’été, il y avait quand même du monde.  A Torcello, presque tous les commerces étaient fermés et nous avons rencontrés que quelques touristes égarés… un peu comme nous.

Nous avons visité la célèbre cathédrale Santa Maria Assunta, qui est le plus ancien édifice de la lagune, bâtit en 639. Accolée à la cathédrale, l’église Santa Fosca de forme octogonale, elle est surmontée en son milieu par un dôme circulaire, un style mélangeant les influences vénitiennes et byzantines.

Une belle adresse à Torcello c’est la Locanda Cipriani. C’est un peu hasard que nous avons fait une pause cappuccino dans cette auberge. Une belle découverte gastronomique durant notre séjour Vénitien.

Son créateur, Giuseppe Cipriani avait déjà créé en 1931 le Harry’s Bar.

Le 8 décembre 2018

Mon week-end en Alsace

Chalets en bois, dégustation de marrons, de pain d’épice et de vins chauds, objets artisanaux et décorations lumineuses… Voilà l’univers féérique des marchés de Noël. Originaires d’Allemagne, c’est en Alsace qu’ils sont apparus pour la première fois en France. Si aujourd’hui, toutes les villes de France ont leurs marchés de Noël, c’est toujours en Alsace que l’on trouve les plus beaux marchés de Noël.

Colmar

En temps normal, cette petite ville, attire pour son patrimoine architectural et historique. Mais lorsque Noël pointe son nez, les lieux deviennent encore plus magiques.

Pas de chalets mais des maisonnettes toutes simples. Propriétés de l’office du tourisme, elles abritent chaque année, les 180 exposants, des cinq marchés de Noël. Disposées à touche-touche sur les places les plus emblématiques de la ville elles permettent de partir à la découverte du centre historique.

C’est avec une guide que nous avons découvert le centre historique avec ses bâtiments datant du Moyen-âge au 19ème siècle. Les Maisons à colombages imbriquées comme des Lego et les élégantes demeures de pierre, toutes les façades se parent de décorations et participent à la magie de Noël. En plus des beaux bâtiments il faut admirer les enseignes qui sont de véritables œuvres d’art. Un incontournable à Colmar c’est la « Petite Venise », c’est le nom donné au cours de la Lauch.

Nous avons visité les lieux où vécu Bartholdi. C’est la célébrité locale, ce nom ne vous dit peut-être rien et pourtant une de ses œuvres est mondialement connue puisque il s’agit de la statue de la liberté de New York.

http://www.noel-colmar.com/fr/
?autoplay=1

Ribeauvillé

Le second marché que nous devions visiter était celui de Ribeauvillé. Malheureusement, un samedi de décembre pendant un week-end médiéval, il était impossible d’avancer dans la rue principale… mais les décors sont superbes et l’animation originale.

http://www.ribeauville-riquewihr.com/manifestations/noel-alsace.htm

Château du Haut-Koenigsbourg

C’est sous la neige que nous avons visité le château du Haut-Koenigsbourg… nous n’avons pas pu profiter de la vue sur la  plaine d’Alsace mais c’était magique malgré le froid.

Un château fort du moyen âge restauré en 1900, sous Guillaume II, et qui va devenir un symbole pour rappeler l’appartenance germanique de la région.

Ce château a servi de décor au film « La Grande Illusion »  de Jean Renoir.

http://www.haut-koenigsbourg.fr/fr/

Strasbourg

Strasbourg revendique le titre de Capitale de Noël et ce n’est pas une arnaque. Le marché de Noël de Strasbourg c’est le plus grand marché de Noël d’Alsace, avec ses 300 chalets répartis sur 11 sites, mais c’est aussi un des plus vieux d’Europe. Il y a plus de 400 ans que l’artisanat et la gastronomie se côtoient sur ce célèbre marché de Noël.

Les marchés de Noël sont disséminés dans toute la ville. On ne reste pas longtemps sans en croiser un, et on n’a pas l’impression de faire une overdose. La répartition des sites permet de visiter Strasbourg de façon très sympa.

La ville regorge de très belles décorations de Noël. Certaines façades rivalisent de créativité. Le Grand sapin de la place Kléber est effectivement très beau mais c’est la nuit que l’on peut le mieux l’admirer lorsque toutes ses décorations se détachent sur le ciel nocturne.

Si les stands sont assez communs, il n’y a rien de transcendant. Des biscuits de Noël, de la nourriture, des décorations de Noël (jolies certes), et à part ça, pas grand-chose d’autre. Je n’ai rien vu de très original mais je n’ai pas pris le temps de trop regarder…c’est tout de même le plus beau marché de Noël que j’ai jamais vu. Je vous recommande vraiment d’aller faire un tour à Strasbourg pendant cette période, pour la beauté de la ville et de ses façades décorées ! Strasbourg est juste magnifique à Noël.

Je ne suis pas repartie les mains vides j’ai acheté dans une pâtisserie des bretzels, un kouglof et du pain d’épice. Dans un chalet, j’ai trouvé de la confiture made in Ardèche.

https://noel.strasbourg.eu/

Un break viticole

Comme Alsace rime avec Riesling, Pinot Gris, Gewurztraminer, impossible de ne pas ramener quelques bonnes bouteilles, nous nous sommes arrêtés à la maison Louis SIPP  à Ribauvillé et HUBER et BLÉGER à Saint-Hippolyte.

http://www.sipp.com/

https://www.huber-bleger.fr/

Mes adresses

Hôtel Restaurant aux Ducs de Lorraine à Saint-Hippolyte

Un hôtel aux charmes des années 70 mais des chambres spacieuses, il est situé en plein cœur du vignoble alsacien, au pied du château du Haut-Koenigsbourg.

Une restauration classique avec des mets régionaux… bon, copieux et efficace.

La Maison Kammerzell à Strasbourg

Réputée dans le monde entier, la célèbre Maison Kammerzell est connue pour son architecture renaissance et pour ses choucroutes dont la fameuse Choucroute de 3 Poissons du grand chef Guy-Pierre Baumann. C’est un peu l’usine surtout pendant la période du marché de Noël… mais la choucroute est vraiment très bonne.

https://www.maison-kammerzell.com/

Le 19 décembre 2017

Bonneval sur Arc

Le village le plus célèbre et le plus connu de la Haute Maurienne c’est Bonneval sur Arc.

Situé dans le Parc national de la Vanoise, au pied du col mythique de l’Iseran, Bonneval-sur-Arc, est le dernier village de la Haute-Maurienne.

Si Bonneval sur Arc a gardé son charme d’antan, il le doit un peu à la chance car il n’a pas été détruit durant la dernière guerre comme Bessans ou Lanslebourg. Mais il le doit également à un homme Gilbert André, longtemps Maire du village, qui dès les années 1955 va militer pour la création du parc de la Vanoise. C’est sous son impulsion, que les habitants de Bonneval vont préserver ce site en bannissant les poteaux électriques et les antennes sur leurs toits. Il va également œuvrer à la renaissance du village grâce à la fromagerie, l’artisanat et la station de ski.

Ce village de carte postale est classé dans les plus beaux villages de France. Certes on peut émettre quelques réserves le village prend par endroits, une « patine antiquaire » un peu artificielle, peut-être sous la poussée des touristes du dimanche. Mais globalement c’est une réussite et depuis plus de trente ans, le développement touristique a permis à la population de croître à nouveau et 250 personnes vivent à l’année à Bonneval sur Arc. Le tourisme très intelligemment géré par ses habitants, en fait aujourd’hui une station village exemplaire.

Les maisons en pierre avec leur charpente en mélèze et leur toit de lauze, dont certaines datent XVIe siècle, ont été restaurées avec soin. En observant certains balcons, l’on peut remarquer des briquettes de grebon. Ce combustible fait de fumier de brebis séché a un niveau calorifique qui se situe entre le bois et le charbon.

A faire à Bonneval sur Arc

Bonneval sur Arc est une station village avec un beau domaine skiable toujours bien enneigé et surtout des forfaits à un prix très correct par rapport à beaucoup de station ski.

L’été de belles randonnées pour tous les goûts et tous les niveaux.

http://www.france-montagnes.com/station/bonneval-sur-arc

Quelques bonnes adresses

 Un salon de Thé « La Greppa » pour déguster un bon thé et de très bonnes crêpes .

http://www.la-greppa.fr/fr/

Une bonne table « Restaurant La Cabane » des spécialités régionales et de bonnes fondues savoyardes.

Beaucoup de Chambres d’hôtes dans le village, j’ai testé le « chalet la Rosa ». Un joli chalet rénové avec goût dans la pure tradition du village.

http://www.la-rosa.fr/

Un Fromage local

A goûter absolument, le Bleu de Bonneval. Ce fromage fabriqué, à la  coopérative laitière de Haute-Maurienne – Vanoise, à partir de lait de vache est un fromage doux à pâte fondante avec des moisissures bleues.

A Bonneval, vous pouvez le trouver à la coopérative (à côté de l’église).

Le hameau des Ecots

Situé à 4km de Bonneval sur Arc, le hameau de l’Ecot est un incontournable à faire dans les environs. Ce village doit sa célébrité au film de Belle et Sébastien.

Pour le rejoindre, il faut compter environ 1h00 de marche à pied (1h30 en raquettes), avec un dénivelé total de 200m. Mais cette balade familiale permet non seulement de découvrir un authentique et magnifique petit village de haute montagne mais aussi des panoramas à couper le souffle !

La sensation d’être coupé du monde est alors bien réelle. On y a l’impression de se retrouver à une autre époque …

le 3 août 2017

?autoplay=1

Des randonnées en Haute Maurienne

Une belle découverte : la Vallée d’Avérole

En haute Maurienne, à Bessans, la vallée de l’Avérole est un petit bijou peu connu mais qui mérite vraiment le détour.

La vallée d’Avérole est accessible par une petite route entre Bessans et Bonneval sur Arc. Avant le village Vincendières, les visiteurs doivent laisser leur voiture au parking en bordure de route.

Pour atteindre le hameau d’Avérole on peut prendre la route ou les sentiers prévus à cet effet. Après la traversée d’Avérole, suivre la piste de gauche jusqu’au pied du refuge  Il faut compter entre une heure trente et deux heures pour atteindre le refuge.

Au refuge, vous êtes à 2 230 m et les vues sont splendides sur la Bessanèse, sur le glacier d’Arnès et surtout le vallon de la Lombarde.

Pour les adeptes de haute montagne, plusieurs cols à plus de 3000 m d’altitude conduisent vers l’Italie :

  • Le col de Bessanèse à 3238 m d’altitude et le glacier des Grandes Parois,
  • Le col d’Arnès à 3012 m, et le glacier d’Arnès.
  • Le col de la Valette à 3212 m et le glacier du Baounet.
  • Le col du l’Autaret à 3072 m.

La vallée d’Avérole abrite des villages typiques de haute Maurienne avec ses maisons massives en pierres et ses toits de lauzes.

  • La Goulaz

Les maisons les plus anciennes semblent dater du début du XVIIe siècle et sa Chapelle Sainte-Anne est un petit bijou.

  • Les Vincendières

Et sa petite chapelle Marie Madeleine.

  • Avérole

Un village hors du temps à 1990 mètres d’altitude. C’est dans ce décor magnifique que Nicolas Vanier a tourné des scènes de  Belle et Sébastien.

http://www.savoie-mont-blanc.com/offre/fiche/hameau-et-refuge-d-averole/867768

Insolite des Icebergs en Haute Maurienne

Le Lac du Grand Méan est apparu dans les années 80. A une altitude de 2876 m, ce lac polaire est dû au réchauffement climatique. Il offre un le spectacle inoubliable d’une paroi de glace plongeant directement dans l’eau

La randonnée pour le Grand Méan part du village de l’Ecot (hameau de Bonneval). Suivre le sentier jusqu’au refuge des Evettes. Juste avant le refuge, descendre vers le plateau et passer le “pont romain”. Une centaine de mètres après, au niveau d’un cairn, monter à gauche sur la dalle en pente douce.

La sente est bien marquée et régulièrement balisée par les cairns, elle serpente entre de larges dalles polies. Encore quelques lacets et Le glacier du Grand Méan se dévoile enfin, sa paroi d’une vingtaine de mètres plongeant dans l’eau laiteuse d’un lac où flottent de petits icebergs.

Un paysage grandiose à couper le souffle avec en prime une vue exceptionnelle sur le Mont Séti. On est en Haute Maurienne, à 4 petites heures de marche du parking, mais l’image semble venir d’un autre continent, de cette lointaine Patagonie où les glaciers géants, sombrent dans les eaux du grand Sud

Depuis l’Ecot, il faut compter 3 à 4h de marche pour atteindre le lac et le glacier,  deux chemins pour monter au refuge des Evettes :

  •  Par le sentier des Evettes

Un sentier muletier qui serpente face au hameau de l’Ecot, 1 H 45 de marche.

  • Par le sentier à John

2 h30 de marche d’un accès escarpé, à parcourir de préférence à la montée avec de bonnes chaussures. Deux passages avec des câbles à la fin du parcours. A éviter si vous êtes sujet aux vertiges.

http://randonnees-en-maurienne.fr/crbst_199.html

https://www.altituderando.com/Lac-glaciaire-du-Grand-Mean-2855m

http://refugedesevettes.ffcam.fr/randonnee.html

LE CARNAVAL DE CHAMBERY

Même s’il n’est pas aussi célèbre que le carnaval de Nice ou de Dunkerque, le carnaval de Chambéry est un rendez-vous important dans les événements populaires et festifs de la Cité des Ducs.

Depuis 27 ans, le carnaval de Chambéry est un grand rendez-vous pour les grands et les petits. Il réunit plus de 20.000 personnes dans les rues et un millier de participants dans le cortège. C’est aussi un des plus grands carnavals de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Un thème est choisi chaque année, qu’il pleuve, qu’il neige, qu’il vente, les rues de Chambéry se remplissent d’artistes de cirque, d’artistes de rue, de comédiens, de musiciens, de danseurs, avec une participation massive des maisons de l’enfance et des centres socioculturels. Des chars sont construits spécialement pour l’occasion et des machines spectaculaires et féeriques défilent avec le cortège.

Le thème choisi pour l’édition 2017 était “La machine à explorer le temps”. Malgré l’annonce d’un temps incertain, la pluie n’a fait son apparition qu’à la fin du défilé, le carnaval 2017 a démarré à 14h30 de place de l’Hôtel de Ville, pour ensuite déambuler dans les rues du centre-ville avant de rejoindre la place de l’Europe pour le spectacle de clôture.

L’origine du Carnaval

La tradition du carnaval est presque aussi ancienne que l’homme lui-même. Les  plus anciennes connues remontent à l’antiquité. Comme de nombreuses fêtes, le carnaval doit ses origines à l’antiquité et à l’Eglise catholique. Dans sa volonté de s’imposer comme seule religion, l’Eglise catholique a dans un premier temps lutté contre des pratiques qu’elle considérait comme idolâtres puis elle les a progressivement récupérées et intégrées aux pratiques et croyances catholiques.

C’est une période de divertissement pendant laquelle l’ordre établi et la distribution des rôles sont renversés. Le roi devient un humble habitant, le mendiant est sacré roi, chacun se promène masqué ou grimé, et se cache derrière son masque pour faire ce qui lui est interdit en temps normal. Les conventions et les règles sociales sont modifiées, bousculées et oubliées pendant le carnaval.

Le Carnaval commençait le jour de l’épiphanie et se terminait le jour de mardi-gras veille du mercredi des cendres. Selon les pays ou les régions, la durée du Carnaval pouvait varier.

Les traditions gourmandes

Le carnaval et mardi gras sont toujours liés à la dégustation de pâtisserie simples comme les crêpes, les beignets, les bugnes, les merveilles d’Aquitaine ou les gaufres.

Comme souvent à l’origine de nombreuses fêtes traditionnelles et gourmandes, il y a presque toujours une signification religieuse et la tradition de carnaval et mardi-gras, n’échappe pas à la règle.

Pour préparer Pâques, les chrétiens pratiquaient le carême. Le Carême était une période de jeûne et de prière qui durait 40 jours, en souvenir de la retraite de Jésus dans le désert. Par opposition à ces privations, un jour d’abondance le précédait : Mardi-gras.

Ce jour-là, était le dernier jour où les chrétiens pouvaient manger du « gras », d’où son nom. La tradition de faire des crêpes et des beignets vient de la nécessité d’épuiser toutes les provisions d’œufs et de gras qui ne pouvaient pas se conserver pendant les 40 jours du Carême.

Les Bugnes

Les bugnes, fameux petits beignets recouverts de sucre glace, sont des spécialités culinaires savoyardes. Bien que ressemblant aux merveilles, spécialité du Sud-Ouest, les bugnes sont bien savoyardes ! Même si au fil du temps, elles sont devenues des spécialités de la région Rhône-Alpes toute entière.

http://www.savoie-mont-blanc.com/Decouvrir/Deguster/Recettes/Recette-Les-bugnes

le 04 mars 2017

VALMOREL LA BELLE

Valmorel la belle comme on l’appelle est la première station accessible dès l’entrée de la Tarentaise. Valmorel est une station dite de la 4ème génération. Imaginé en 1976, par l’architecte Michel Bezançon, elle veut proposer aux visiteurs une image typique de la montagne… une station conçue comme un «faux vieux village».

Cette architecture de marketing et de la mise en scène fait appel aux références régionales : toitures à deux versants couvertes de lauzes, pierres en parement sur les murs, décors peints en trompe-l’œil, profusion du bois et des ornementations inspirées du pittoresque. Le succès de Valmorel va donner lieu à une mode «l’architecture néo-régionale».

Le coeur de la station est plutôt agréable : une allée centrale piétonne, de petits bâtiments mitoyens de chaque côté, de jolies boutiques avec de belles enseignes et au-dessus des magasins, des balcons couverts, des colonnades, des murs peints…Mais lorsque l’on sort de cette allée et que l’on passe derrière les bâtiments, on découvre un grand parking en contrebas.

Elue meilleure station familiale du monde en 2014 lors de la cérémonie des « World Snow Awards », Valmorel articule son offre autour de l’accueil et des services proposés aux familles (aménagements dédiés sur les pistes, services de garde des enfants, tarifs adaptés.

Grâce à la liaison St François Longchamp, Valmorel c’est aussi un domaine skiable important appelé le « Grand Domaine ». Le Grand Domaine c’est Valmorel, Doucy, Celliers et St François Longchamp : 165 km de pistes desservies par 50 remontées mécaniques, 3600 ha de domaine skiable de 1400m à 2500m d’altitude.

Une critique qui revient souvent concernant Valmorel c’est le prix des  forfaits. Effectivement ils sont élevés si on les compare à des stations équivalentes mais ils existent des formules qui vont rendre les prix plus attractifs

Pour ceux qui sont moins fan de ski, Valmorel propose un large choix d’activités raquettes, parapente, cascade de glace, itinéraires nordiques, luge et à quelques kilomètres le Centre thermal et remise en forme de La Léchère.

Chaque hiver, Valmorel accueille ou organisent des événements. Durant notre séjour nous avons assisté à la « Spartan Race ». 3500 sportifs participaient à cette course dans le froid et la neige.

http://www.valmorel.com/fr/hiver/preparez-votre-sejour/tout-sur-le-ski/forfaits.html

http://www.valmorel.com/fr/hiver/activites-evenements/programme-danimations-valmorel-doucy.html

 HOTEL DU BOURG

L’hôtel du bourg, un établissement trois étoiles, situé au cœur de la station à moins de 5 minutes des commerces et à deux pas des pistes.

A l’extérieur les façades sont ornées de fresques, un belle enseigne et évidemment une architecture identique au reste de la station avec du bois et des toits en lauze. A l’intérieur une décoration simple mais égrenée de détails original comme des affiches sur Valmorel, des trophées en peluche sur les murs.

Après une journée de ski, vous pourrez profiter gratuitement du sauna de l’hôtel.

Mon endroit préféré de l’hôtel… le pub un lieu à l’esprit british avec une grande cheminée, des canapés et des fauteuils. Nous avons passé plusieurs soirées et quelques fins d’après-midi dans le pub à regarder des événements sportifs, à écouter de la musique ou à discuter avec nos voisins de table. A découvrir les cocktails maison, pour les amateurs une sélection de whisky mais aussi du vin vendu au verre au simplement un bon thé.

http://www.hoteldubourg.com/fr/hotel-du-bourg-valmorel-site-officiel.php

le 6 février 2017

Montréal : voir la vie en rouge, jaune et orangé

Je n’ai pas envie de vous parler des choses à voir et à faire à Montréal car il existe plusieurs guides et des sites officiels où vous trouverez toutes ces informations, à vous de piocher selon vos goûts.

http://www.tourisme-montreal.org/Decouvrez-montreal

On nous l’avait dit et c’est vrai l’automne est vraiment une saison magnifique à Montréal, on ne sait plus où regarder tellement les couleurs nous en mettent plein les yeux.

 Montréal compte 17 grands parcs et des centaines d’espaces de verdure dans tous les quartiers.

 Parc du Mont Royal

C’est le roi des parcs de Montréal, celui qu’il faut voir, et sa réputation n’est pas usurpée. Situé directement sur la montagne du Mont-Royal à 234 mètres d’altitude, en plein centre de l’île de Montréal, il en est le poumon vert.

Le parc avec ses belvédères et ses immenses cimetières, offre une magnifique vue sur l’ensemble de la ville. Le parc est l’œuvre de Frederick Law Olmsted (le créateur de Central Park à New York).

Oratoire Saint Joseph du Mont Royal

Si je vous parle de cette Basilique, c’est que la promenade en vaut le détour. Situé sur le flanc sud-ouest du Mont Royal, l’Oratoire Saint Joseph est une Basilique dédiée à Saint Joseph.

L’oratoire est en hauteur, ce qui permet de bien l’admirer d’en bas, mais aussi d’avoir un joli point de vue une fois en haut. De grands escaliers extérieurs, un dôme très impressionnant, un petit parc à l’arrière (le chemin de croix).

A noter que c’est la plus grande église du Canada avec un dôme de 60 mètres de haut et c’est l’un des plus grand oratoire du monde après Rome.

Le Parc Lafontaine

Situé au cœur du Plateau-Mont-Royal, le parc comporte un grand lac dans lequel des familles entières de canards passent des journées à barboter. L’hiver, le lac se transforme en patinoire. Des sentiers sillonnent tout le parc, qui est devenu le paradis des joggeurs. C’est aussi un endroit agréable pour pique-niquer en compagnie des écureuils.

Canal Lachine

 Célèbre pour sa piste cyclable, le canal Lachine est surtout un lieu historique.

L’intérêt du secteur réside plutôt dans son passé industriel même s’il n’est pas suffisamment mis en valeur mais d’importants travaux sont prévus dans les années qui viennent.

Une journée au Mont St Hilaire

A 35 km au sud de Montréal, le Mont-St-Hilaire est une grande colline sur les bords de la rivière Richelieu. En 1978 l’Unesco, lui accorde le titre de “Première Réserve de la Biosphère au Canada”.

Propriété de l’université McGill, seule la moitié de la réserve est ouverte au public. La forêt du mont Saint-Hilaire est composée majoritairement d’érables à sucre et de hêtres à grandes feuilles. Certains sont âgés de plus de 400 ans.

http://www.centrenature.qc.ca/

 L’Érablière des Portes de Fer

L’Érablière des Portes de Fer est une cabane à sucre familiale, située au pied du flanc nord du Mont Saint-Hilaire.

Nous n’avons pas pu assister à la collectent de l’eau d’érable puisque celle-ci commence au début du printemps. Nous sommes allées dans la forêt pour voir le réseau de tubulures, des tuyaux bleus qui permettent d’acheminer la sève à l’évaporateur. De retour dans la cabane nous avons visité l’alambic et Lucie nous a expliqué la fabrication du sirop d’érable.

http://erablieredesportesdefer.ca/

 Verger Flan Nord

Au Québec, la cueillette de pommes ou l’auto-cueillette est une activité très populaire Plusieurs vergers ouvrent leurs portes pour faire profiter aux Québécois de ce classique automnal.

On ne vient pas seulement pour cueillir des pommes mais pour passer la journée. Tout est fait pour attirer les cueilleurs, parking immense, aire de pique-nique, aire de jeux pour les enfants, animations et boutique. Dans la boutique on vend de tout ce qui peut se rapprocher de la pomme : cidre, cidre de glace, compote, beurre de pomme, beignets, tourtes et autres gourmandises.

Dans le verger, j’ai découvert des variétés de pomme qui m’étaient totalement inconnues comme la McIntosh, la Lobo, La Spartan, la HoneyCrisp.

On n’a pas rempli notre sac mais on a goûté les pommes en arpentant les allées et on s’est régalé avec les beignets, chaussons et baluchons.

http://www.vergerduflancnord.com/

Le 20 novembre 2016

MONTREAL

En deux semaines, j’ai eu l’occasion d’arpenter la ville en long, en large et en travers, je vous propose un petit récit de ces déambulations mais d’après des Français installés dans cette ville… Montréal c’est surtout une atmosphère.

Le premier adjectif qui me vient c’est « grand »!! est-ce suffisamment explicite, je peux rajouter assez démesuré comparé à la France. C’est un peu comme si les quartiers représentaient des petits villages.

Réputée pour être une ville culturelle et historique, Montréal attire beaucoup de touristes et d’expatriés. Ses gratte-ciels et ses larges avenues lui donnent un petit air de grande ville américaine.

Il faut prendre ses marques et ce n’est pas vraiment facile avec le décalage horaire et le changement de nourriture, les fruits et légumes sont pour la plupart importés des USA, mais il est possible de trouver du « made in Québec » sur les marchés.

Je n’ai jamais vu une aussi grande concentration au mètre carré de snack, resto et autres starbucks. Ce qui est assez frappant c’est que l’on peut trouver tout ce que l’on veut à n’importe quelle heure et même le dimanche, certains dépanneurs (sorte d’épicerie) sont ouverts 24 heures sur 24.

D’un autre côté, vous trouverez à Montréal beaucoup d’épiceries bio, des poubelles de trie sélectif un peu partout, des friperies et vous pourrez assister à des cours de yoga en plein air.

Montréal et le Québec c’est aussi les brunchs, la Poutine (Ah la  poutine : des frites avec un fromage québécois et du jus de viande…), les taxes TPS/TVQ, c’est un peu notre TVA mais tous les prix sont indiqué hors taxe donc il faut toujours rajouter  environ15% et les SAQ, magasins d’état, pour acheter le vin et l’alcool. On trouve des SAQ dans tous les quartiers mais pour nous français les prix sont simplement indécents.

Boulevard Saint Laurent « La Main»

Long de 11 km, le boulevard Saint-Laurent est le berceau de l’immigration à Montréal. A partir de 1880, les nouveaux arrivants s’installent, selon leur appartenance culturelle,  dans le quartier chinois, le quartier des spectacles, le secteur juif et portugais, la Petite Patrie, le plateau et la Petite Italie.

Quartier du plateau du Mont Royal

C’est dans ce quartier que nous avons posé nos valises. Ancien quartier ouvrier, c’est paraît-il le quartier Français, un peu bobo, branché, créatif et chic. Il s’articule le long de l’avenue du Mont-Royal avec ses bars à la fois branché et relax. Ce quartier a aussi un côté bucolique avec ses petites rues transversales, calmes et arborées, jalonnées de maisons avec les escaliers extérieurs à l’architecture étonnante et aux couleurs « atypique ».

Le street-art sur le Plateau

Au hasard des rues et des passages, on tombe sur plein de fresques de street-art.

Tous les ans, au mois de juin, il y  d’ailleurs un festival de street-art, le Festival Mural, avec des artistes qui dessinent des fresques dans la rue devant le public.

Les Friperies sur le plateau

C’est du côté du Mile End, que j’ai magasiné dans les friperies. Rien à voir avec les friperies que l’on peut voir en France, il s’agit de boutiques bien agencées où il est agréable de fouiner. Les fans de friperies et vêtement vintage seront aux anges à Montréal, car les boutiques sont de véritables cavernes d’Ali Baba. Pour quelques dollars, on peut dénicher du beau. Voici quelques adresses :

  • Kitsch ‘n’ Swell 3968 Boulevard St-Laurent
  • Friperie St. Laurent 3976, boulevard St. Laurent
  • La (Found)erie Friperie Vintage 6596 Bd St Laurent,
  • Les Folles Alliées 365 Avenue du Mont-Royal Est
  • Kilo Fripe 3800 boul. Saint-Laurent
  • Boutique Vintage Eva B. 2015, boulevard St. Laurent

Le Centre ville : La rue Sainte-Catherine

C’est une des principales rues commerçantes de Montréal, c’est un peu comme la rue de Rivoli à Paris, avec les magasins des grandes enseignes internationales. Dans la partie Ouest, (entre la rue Saint-Hubert et la rue Papineau) se situe le quartier gay de Montréal, qu’on appelle aussi le Village.

La ville souterraine

C’est un peu un fantasme quand on arrive à Montréal… On a forcément entendu parler de la ville souterraine et de ses kilomètres de tunnels qui permettent aux habitants de traverser la ville bien au chaud pendant l’hiver glacial. En fait c’est un peu abusif de parler d’une « ville », mais c’est vrai que le RESO, c’est son nom, est le plus grand réseau souterrain du monde, avec plus de 30km de galeries avec des magasins, des restos, des cinémas, le tout relié au métro.

On nous avait prévenus «aucun intérêt », c’est un peu par hasard, que nous nous sommes retrouvés dans une galerie et nous en sommes vite sortis à part des magasins, toujours des magasins… rien d’intéressant à voir.

Les marchés de Montréal : Jean Talon

Beaucoup de marchés à Montréal, ce sont des lieux ouverts en permanence. Situé dans le quartier de la Petite Italie, le marché Jean Talon est sans doute l’un des plus beaux et le plus populaire. Il a la forme d’une grande place rectangulaire entourée de petits commerces.

L’endroit lui-même n’est pas très joli, mais vous pouvez y trouver une grande quantité de légumes, de plantes et de fruits qui sont très bien présentés souvent dans des barquettes.

Il y a des stands dédiés aux spécialités du Québec comme le miel et les produits dérivés de l’érable.

Le 1er novembre 2016

Older Posts »