Posts on janvier 2016

Valloire une station village

Un lieu de passage

Accessible  uniquement par des cols : Col du Télégraphe, Col du Galibier, Col de la Ponsonnière, Col des Rochilles… entouré de montagnes prestigieuses comme les Aiguilles d’Arve, les Cerces ou le Thabor, Valloire a toujours été un des principaux lieux de passage entre la France et la Savoie. Cet axe sera de tout temps utilisé par les colporteurs et les contrebandiers (notamment du sel) et va devenir un lieu de passage, d’échange et de commerce.

Egalement lieu de passage des armées, le Fort du Télégraphe est construit entre 1885 et 1890, des baraquements sont créés aux Rochilles entre 1902 et 1907 et un blockhaus au Galibier en septembre 1944.

Valloire et le Tourisme

A la fin du 19ème siècle, Valloire est déjà renommé pour l’Alpinisme

C’est grâce à l’armée, en entraînement à Valloire, que les jeunes Valloirins découvrent ce nouveau sport le ski. En 1905 le premier ski-club voit le jour, les membres ne pratiquaient que du ski de randonnée, étant donné qu’il n’y avait aucune remontée. Le tour de France de 1911 va donner un nouvel élan au tourisme. A cette époque, Valloire n’est encore qu’un gros village montagnard avec une population rurale cultivant la terre.

Beaucoup de Lyonnais et de Parisiens vont prendre l’habitude de venir à Valloire et le tourisme s’intensifie d’années en années. Dans les années 20, alors que les remontées poussent comme des champignons au Revard, ou à Megève, le village est fréquenté par les amoureux de la montagne, mais il n’y a aucune structure touristique.

Grâce à sa proximité avec la gare de St Michel de Maurienne, le CAF (club Alpin Français) va choisir Valloire et lancer la station. En 1935, on crée le syndicat d’initiative pour faire la promotion de la station et en 1936 Gabriel Julliard, pionnier de la station, installe les premières remontées.

On compte alors une dizaine d’hôtels, des pensions et de nombreux meublés. Valloire devient le paradis des skieurs, car on y trouve neige et soleil. La seconde guerre mondiale ralentit sa croissance mais la station fut relancée dès la fin de la guerre en 1945.

Valloire devient une grande station à partir des années 1960, et même la plus grande de Maurienne.

Une station village

Valloire est une station-village. On vous l’a dit, on vous l’a vendu… et pourtant vous ne verrez pas ici que des maisons anciennes regroupées autour de son église.

Vous y trouverez naturellement des bâtisses typiquement Valloirinches, avec leurs greniers séparés, leurs cadrans solaires, leur crépi vieillissant et une des plus belles églises baroques de la Savoie. De très beaux hameaux Bonnenuit, Poingt-Ravier et l’Archaz qui ont conservés leur charme d’antan loin de la pression immobilière.

Mais vous verrez, tout autour de vous, une station de ski  avec ses gros chalets maladroits, ses tentatives architecturales qu’on finit par aimer aussi, ses toits plats hérités des années 60, ses petites barres d’immeubles… pas trop hautes, pas trop moches. Un village où se lit les pages de l’histoire du ski, des maisons qui témoignent des activités, des métiers, du climat, des modes de vie des Valloirins.

Mais Valloire est un village, un vrai, avec ses gens qui restent après l’hiver.

Sculpture sur glace, sculpture sur neige

En janvier deux animations importantes qui ont acquis leurs lettres de noblesse le concours de sculptures sur glace et le concours de sculptures sur neige.

En 2016, le 25ème concours de Sculptures sur Glace s’est déroulé durant 4 jours sur le plateau des Verneys. Le concours de sculpture sur neige fêtait cette année ses 33 ans. Des sculptures présentées dans un espace réservé aux piétons dans le centre de la station.

Un restaurant d’altitude « Les Mérégers »

Le plaisir du ski c’est aussi déjeuner dans un restaurant d’altitude. Des panneaux qui nous vantait une certaine idée du paradis… une vue majestueuse, une belle terrasse, un bon repas oui cela pouvait ressembler à l’idée que l’on se fait du paradis.

Un établissement situé à 2122m d’altitude sur la piste bleue « Les Selles ». Vous dégusterez des plats de chez nous, des pizzas cuites au feu de bois, un rapport prix qualité qui ne vous laissera pas un goût amer comme certaines usines à touristes.

http://www.valloire.net/fr/il4-restaurant,hiver_i371494-les-meregers.aspx

http://modermarcherbouger.fr/une-randonnee-valloire/

le 27 janvier 2016

LE COMPTOIR DE MATHILDE A CHAMBERY

A l’angle de la Rue de Boigne et de la place Saint Léger, une nouvelle boutique « Le Comptoir de Mathilde » vient d’ouvrir à Chambéry. Une échoppe aux parfums d’antans avec un look des années 50. Des étagères réalisées à partir d’anciennes caisses à pommes,  du mobilier chiné et pour parfaire ce décor en haut des étagères des objets d’autrefois.

Restaurée et pensée dans le respect de l’harmonie avec la ville, la nouvelle  boutique chambérienne s’est vu remettre un Prix d’honneur par la Société des Amis du Vieux Chambéry.

Histoire d’un concept

Richard Fournier, fils et petit-fils de chocolatier, et son épouse Marielle sont des nostalgiques des gourmandises d’antan. Pour la petite histoire, Mathilde est le prénom de la grand-mère de Richard Fournier.

L’histoire commence en 2004 à Nyons, avec une boutique d’épicerie fine. En 2007, l’enseigne déménage à Tulette et le concept s’affine. 2012, 3200m2 d’ateliers voient le jour et produisent plus de 90% des produits proposés. Des produits de qualité, un esprit made in France, et un sens aigu du marketing et du commerce, la réussite du concept est entière.

Le Comptoir de Mathilde met un point d’honneur à pousser son éthique jusque dans l’aménagement de ses boutiques. Installée dans les centres villes de 35 communes aux quatre coins de la France et de l’Europe, la marque œuvre pour que chacune de ses enseignes se fonde dans le décor, en valorisant le patrimoine local et historique.

Qu’allez-vous trouver dans la boutique

Du chocolat de grignotage avec des formes créatives, des tablettes de chocolat à casser, de la pâte à tartiner haut de gamme et les babas au rhum en pot. Des alcools colorés, liqueurs et apéritifs originaux. Des condiments, avec notamment les moutardes les huiles et vinaigres aromatisées, les sels et poivres du monde. Des produits qui sentent bon la Provence comme la tapenade, l’olivade, et diverses Sauces & Délices à tartiner et aussi du foie gras du Sud-Ouest.

Les produits Stars

Les pâtes à tartiner d’antan ou les babas au rhum, petits savarins en forme de bouchon imbibés de sirop à base de Rhum, Grand Marnier ou limoncello, présentés dans des bocaux en verre. Des cuillères chocolatées à tremper dans du lait fourni sur place pour se faire un chocolat chaud à l’ancienne.

Merci à Franck pour avoir accepté de me fournir ces belles photos,

Merci à Marielle et Richard Fournier pour m’avoir fourni la documentation pour écrire cet article.

Le 16 janvier 2016

?autoplay=1

MES SOLDES HIVER 2016 !!!

Les soldes ne sont plus ce qu’ils étaient, j’ai toujours aimé le mot «soldes» synonyme pour moi de bonnes affaires, j’allais enfin pouvoir m’offrir le manteau ou la robe qui me faisaient rêver depuis des semaines. Pendant des années… j’ai attendu ce jour avec impatience. Une vraie organisation : d’abord posé un jour de congé, ensuite faire mes repérages dans les boutiques voire des essayages pour ne pas perdre de temps le jour J et enfin préparer la liste de mes envies.

Mais les ventes privées sont arrivées et j’ai cessé de frétiller d’impatience.  Cette année tout mon budget solde avait quasiment disparu le 26 décembre et oui dès le lendemain de Noël j’étais inondée de mails ou de SMS.

Les ventes privées

Aujourd’hui, toutes les enseignes disposent de fichiers clients. Elles envoient systématiquement des SMS ou des mails pour les avertir. Si bien que les soldes débutent une bonne semaine avant la date officielle. On peut estimer que 30 à 40 % du chiffre d’affaires d’un magasin pendant les soldes sont réalisés durant ces ventes privées.

Les soldes 2016

Rien à rapporter… comme je vous l’ai dit les ventes privées étaient passées par là. Je me suis tout de même promenée dans Chambéry. Une grande nouveauté CETTE ANNEE des réductions particulièrement agressives : de -50% à -70%, et ce dès le premier jour. Les quelques magasins qui affichaient des réductions -30% paraissaient presque incongrus.

C’est quoi le mot Solde ?

Le mot solde est un mot masculin qui nous vient à l’origine de l’argo. Il désigne un coupon d’étoffe qui n’aurait pas été vendu. Le mot était alors employé au singulier. Plus tard, au début du XXème siècle, les soldes ont commencés à être employées au pluriel : ce serait l’effet de « l’encadrement législatif ». Il faut dire que les premières lois réglementant les soldes datent de 1906.

Mes achats… pas tout à fait pendant les soldes

J’ai trouvé chez 123 : un manteau, un pantalon tailleur bleu marine et un top bleu marine.

Un petit tour chez Monoprix où j’ai trouvé un gilet pour 15 €.

Le 10 janvier 2016

Mes charentaises « made in Charente »

La neige, la pluie… Voilà le froid arrive c’est nécessaire nous dit-on.  Mais lorsque je rentre chez moi et que mes petits petons sont frigorifiés, je rêve de chaussons bien chauds.

Des chaussons oui, mais pas n’importe lesquels, pour le confort, pour la chaleur et surtout, pour la tendresse que je lui voue rien ne vaut une bonne paire de Charentaises. C’est ringard… peut-être mais mes charentaises qui sont arrivées, début janvier, directement de chez Rondinaud sont superbes : semelles feutres, laine vierge moelleuse et le cousu retourné dessus… voilà les vrais de vrai.

La Maison Rondinaud

Rondinaud est un des derniers fabricants de charentaises ET le spécialiste européen des pantoufles. Il les fabrique depuis les années 1900 en Charente, justement. Aux modèles classiques, Rondinaud a ajouté des produits originaux, comme les charentaises-babouches.

Pour ceux qui n’ont pas la chance d’avoir un ami charentais ou une amie charentaise qui se rendra au magasin d’usine, voici leur site internet où vous pouvez passer commande : http://www.rondinaud.com/

Un peu d’histoire

La charentaise c’est en fait une histoire de récup’. En 1666, Colbert, contrôleur des Finances de Louis XIV, ordonne la fortification de la ville de Rochefort et la construction d’un port militaire près de l’embouchure de la Charente. Il faudra équiper les marins et les ouvriers de l’Arsenal en uniformes, cabans et pèlerines. L’Administration Royale se tourne alors vers Angoulême et ses moulins à eau pour fouler la laine et fabriquer du feutre.

Les chutes de ce tissu chaud et isolant sont récupérées par des cordonniers savetiers astucieux qui en font des charentaises, elles remplacent la paille dans les sabots avec sa languette qui évite la morsure du bois

Après avoir connu à travers les derniers siècles beaucoup de changements et de transformations, la véritable charentaise apparaît au XXe siècle, en 1907, grâce au Docteur Jeva qui invente le collage du feutre et crée des pantoufles aux couleurs vives et aux décors de type écossais.

Implantée à la Rochefoucauld depuis 1845, la maison Rondinaud, a gardé les mêmes méthodes ancestrales du « cousu retourné » dessus laine et semelle feutre, ni pied gauche ni pied droit, pour en faire durer l’usage.

Le 6 janvier 2016

Je remercie Maxime pour m’avoir fait connaître les charentaises Rondinaud.