Même s’il n’est pas aussi célèbre que le carnaval de Nice ou de Dunkerque, le carnaval de Chambéry est un rendez-vous important dans les événements populaires et festifs de la Cité des Ducs.

Depuis 27 ans, le carnaval de Chambéry est un grand rendez-vous pour les grands et les petits. Il réunit plus de 20.000 personnes dans les rues et un millier de participants dans le cortège. C’est aussi un des plus grands carnavals de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Un thème est choisi chaque année, qu’il pleuve, qu’il neige, qu’il vente, les rues de Chambéry se remplissent d’artistes de cirque, d’artistes de rue, de comédiens, de musiciens, de danseurs, avec une participation massive des maisons de l’enfance et des centres socioculturels. Des chars sont construits spécialement pour l’occasion et des machines spectaculaires et féeriques défilent avec le cortège.

Le thème choisi pour l’édition 2017 était “La machine à explorer le temps”. Malgré l’annonce d’un temps incertain, la pluie n’a fait son apparition qu’à la fin du défilé, le carnaval 2017 a démarré à 14h30 de place de l’Hôtel de Ville, pour ensuite déambuler dans les rues du centre-ville avant de rejoindre la place de l’Europe pour le spectacle de clôture.

L’origine du Carnaval

La tradition du carnaval est presque aussi ancienne que l’homme lui-même. Les  plus anciennes connues remontent à l’antiquité. Comme de nombreuses fêtes, le carnaval doit ses origines à l’antiquité et à l’Eglise catholique. Dans sa volonté de s’imposer comme seule religion, l’Eglise catholique a dans un premier temps lutté contre des pratiques qu’elle considérait comme idolâtres puis elle les a progressivement récupérées et intégrées aux pratiques et croyances catholiques.

C’est une période de divertissement pendant laquelle l’ordre établi et la distribution des rôles sont renversés. Le roi devient un humble habitant, le mendiant est sacré roi, chacun se promène masqué ou grimé, et se cache derrière son masque pour faire ce qui lui est interdit en temps normal. Les conventions et les règles sociales sont modifiées, bousculées et oubliées pendant le carnaval.

Le Carnaval commençait le jour de l’épiphanie et se terminait le jour de mardi-gras veille du mercredi des cendres. Selon les pays ou les régions, la durée du Carnaval pouvait varier.

Les traditions gourmandes

Le carnaval et mardi gras sont toujours liés à la dégustation de pâtisserie simples comme les crêpes, les beignets, les bugnes, les merveilles d’Aquitaine ou les gaufres.

Comme souvent à l’origine de nombreuses fêtes traditionnelles et gourmandes, il y a presque toujours une signification religieuse et la tradition de carnaval et mardi-gras, n’échappe pas à la règle.

Pour préparer Pâques, les chrétiens pratiquaient le carême. Le Carême était une période de jeûne et de prière qui durait 40 jours, en souvenir de la retraite de Jésus dans le désert. Par opposition à ces privations, un jour d’abondance le précédait : Mardi-gras.

Ce jour-là, était le dernier jour où les chrétiens pouvaient manger du « gras », d’où son nom. La tradition de faire des crêpes et des beignets vient de la nécessité d’épuiser toutes les provisions d’œufs et de gras qui ne pouvaient pas se conserver pendant les 40 jours du Carême.

Les Bugnes

Les bugnes, fameux petits beignets recouverts de sucre glace, sont des spécialités culinaires savoyardes. Bien que ressemblant aux merveilles, spécialité du Sud-Ouest, les bugnes sont bien savoyardes ! Même si au fil du temps, elles sont devenues des spécialités de la région Rhône-Alpes toute entière.

http://www.savoie-mont-blanc.com/Decouvrir/Deguster/Recettes/Recette-Les-bugnes

le 04 mars 2017